Auréolé de mon premier succès avec Offrandes (voir infra), l'été 2009 a été pour moi l'occasion de refaire un concours... en fait j'en ai fait deux, mais on verra ça dans un prochain article.

Je connaissais le concours de Panazol depuis plusieurs années, car un de mes collègues habitaient là-bas et m'en avait parlé, et je lis régulièrement la presse spécialisée, mais ça aussi j'en reparlerai.

Le règlement du concours était simple : une page de règle maximum et un jeu abordable par un enfant de 8 ans (8 ans c'est un an après l'apprentissage de la lecture, c'est donc des enfants qui savent lire, des textes pas long). En plus ça tombe bien, j'ai un petit voisin qui a pile-poil l'âge... cela compensera avec mes enfants qui sont légèrement plus vieux et nettement plus habitués à jouer à des jeux sérieux (Battlelore ne leur fait pas peur, et j'ai simplifié Caylus pour qu'ils essaient). Néanmoins, j'ai préféré ne mettre aucun texte dans le jeu pour être plus sur.

J'ai très rapidement pensé à un jeu court de défausse car c'est un mécanisme facile à appréhender : le gagnant c'est celui qui n'a plus de carte ! J'imaginais des cartes originales avec plusieurs critères : des couleurs, des nombres, des tailles et des symboles.

Mais par contre je me suis heurté rapidement à ma principale faiblesse : le graphisme ! Pour Offrandes, la maquette était faite. Pas de soucis de graphisme donc ! Mais là, il me fallait construit mon jeu, pour les tests.

Me voilà sur The Gimp en train de dessiner des formes géométriques, sur des cartes... pfui ! quelle galère ! Prendre en main le logiciel n'était pas un problème, le soucis c'était vraiment le graphisme. J'aurai pu utiliser des dessins piqués sur d'autres jeux, ou des sites web, mais je n'aime pas trop usurper le travail d'autrui, aussi, j'ai fait mes triangles et mes carrés à la main... cela donnait à peu près ça :

 moche, non ?

Je teste le jeu après une séance découpage et mise en pochette protège carte. Ca tourne ! Même le petit voisin de 8 ans comprend le truc !! TOP, je rédige les règles ! Problème... quel titre ?

Mon premier titre baby-rami ne ravit personne, et surtout pas moi, mais pire, tout le monde trouve le jeu hideux !

Longue galère où je présentais mon jeu à toutes les personnes qui s'approchaient de ma table de jeu pour leur demander un titre au moins...
 

 
 

Heureusement, Philippe Chaissac qui m'avait plus ou moins promis de l'aide pour la conception des cartes lorsque je lui avais fait par de mes déboires, arrive un jour avec le double concept du titre et du graphisme... ça donne Similis tel que vous pouvez le voir ci-après.


Avouez que ça a de la gueule non ?

Les formes géométriques sont devenus des symboles égyptiens, les tailles des symboles sont devenus une couleur de fond, les valeurs sont représentés, les couleurs réduites à 3 au lieu de 4... bref 'trop top' comme dirait Chuck (quoi, j'ai dit que je ne parlerai pas de sport, pas de séries télés) !

J'envoie donc le tout à Panazol pour le concours 2009... une boîte trouvé par hasard au fond d'un tiroir pile au format des jeux en boîtes métal de Gigamic un joli autocollant dessus et trop top !

Le jury de Panazol a visiblement aimé aussi puisque -je vous passe les détails de la sélection- mon jeu a fini parmi les six finalistes !! TROP TOP je vous dis !

J'ai récolté un prix d'honneur, ben oui, on peut pas faire second à tous les coups, mais pour un début, je me trouve bien chanceux !

J'ai concouru avec Froutch la Fée de l'excellente Delphine Lemonnier, Saute-Crèpe de Pascal Jumel, Haut les Cubes de mon homonyme Sylvain Duchêne, Farfa'dés Pascal Pak Cormier, Sapristi Serpent de Gregory Detrez. Saute-Crèpre et Froutch la Fée avait été respectivement 1er et 2nd du concours enfants de Parthenay (je n'avais pas concouru) donc je me doutais que je n'allais pas être si performant et effectivement ils se sont échangés leur place pour Panazol.

Mais au delà d'un concours, j'ai rencontré des gens formidables.

Delphine et son compagnon Yohann, Pascal et son fils (et leur accent du Tarn), Pak et sa compagne Ivy, Greg qui regrette presque d'être publié car il ne pourra plus participer à ce concours, Sylvain et sa bande... De très bons moments aussi de test de Un pour Tous, de Wizzz de Sylvain, de Dolly de Pak et d'un très bon jeu de cartes de Pak aussi à base d'Escargot de Bourgogne... tous des protos de ces auteurs qui étaient mes co-lauréats.  Je me suis sentis tout petit devant leurs ferveur à créer et leur imagination. Bravo à vous tous !!

J'ai aussi eu la chance de discuter avec des éditeurs Yves Renou et M. Blackrock Edition qui m'ont beaucoup appris sur les difficultés d'éditer et surtout de distribuer.

Un week-end enrichissant intellectuellement pour le moins ! J'espère proposer un nouveau jeu cette année...

Les défauts de Similis 

J'n'ai pas gagné. C'est donc, qu'il y avait des défauts. Tout d'abord on m'a reproché une similitude visuel avec un autre jeu appelé Speed... que je ne connaissais pas. C'est une espèce de belote corse... bof ! il me semble que Similis en est assez loin, mais je ne discute pas : j'apprends.

La critique la plus constructive qu'on m'ait faite est le manque de 'fun' du jeu. S'adressant à un jeune public, les dessins sont trop sérieux et le jeu trop calculatoire. Pourtant, j'ai fait jouer tout le week-end à Similis à des enfants du public visé, et c'est plutôt les parents qui ne suivaient pas... J'ai même eu une proposition d'achat du jeu !!! SI ! Mais n'ayant qu'un seul exemplaire, le prototype, j'ai refusé !

J'espère que je vais pouvoir le remanier dans quelques temps pour un faire un jeu plus fun ! et cela passera sans doute par de nouveaux graphismes et du coup un changement de quelques règles. On verra !

C'est dommage j'aimais bien les graphismes de Similis ! Tiens un dernier coup d'œil dessus.